Humeur de caserne – 22 novembre 2016

22 novembre 2016,

Voilà bien deux mois déjà que nous avons fait connaissance avec notre très chère caserne Fautras et sa belle infirmerie régimentaire. Deux mois que nous nous cherchons, fouillons, modélisons, archivons…  En effet, l’enjeu était de taille, comment valoriser un bâtiment qui n’existe plus? Comment faire parler le patrimoine invisible de Brest?

Entre deux cafés nous avons discuté, échangé, pour enfin voir notre projet grandir sous nos yeux, et nous pouvons en être fiers.

Malgré les contraintes, les limites parfois rencontrées (notamment celle du temps..), notre projet de M1 prend forme grâce à une équipe investie et qui garde toujours le sourire.

Finalement, avec ce projet, c’est un véritable groupe s’est crée. Les idées ont fusé, les confrontations d’opinions également.

Aujourd’hui, c’est un projet qui continue d’avancer, de mûrir et que vous pouvez suivre à travers ce blog.

Pour le plaisir, un petit « teaser » sur notre infirmerie.

Casernement vôtre,

Chloé

Historique des avancements du projet de Septembre à ce jour

   17/11/2016

       Il y a maintenant deux mois que nous avons pu porter notre premier regard sur la sous-série Z Génie du fonds d’archives Z en vue d’une valorisation des documents qu’elle comportait. Cette sous-série se divise elle-même en cinq sous-séries, nommées a, b, c, d et e, et porte sur le génie militaire de Brest et du Finistère. La majorité des documents s’y trouvant sont des sources iconographiques, sauf pour la sous-série a, qui est un ensemble de registres.

     Une grande variété d’options s’offrait à nous. Chaque fort, chaque place, ou chaque caserne avait des documents à son effigie. Malheureusement, il fallait faire un choix en raison du temps qui nous est imparti, c’est-à-dire la fin de cette année, et nous nous devions d’opérer une sélection. Très vite, nous avons choisi de nous intéresser uniquement à la Caserne Fautras à Brest, pour un motif très simple : il s’agissait du bâtiment le plus représenté sur l’ensemble de la série Z Génie (29% des côtes hors sous-série a concernent cet édifice). Mais la sélection ne pouvait pas s’arrêter-là. Nous nous sommes donc posés les questions suivantes : Que voulons-nous produire à l’aide de ces documents ? A quelle partie de la caserne nous intéresser afin de pouvoir progresser au mieux ?

    A la première de ces questions, tenant compte que la plupart des documents sont des plans, élévations et coupes avec échelles et mesures, nous avons imaginé la possibilité de faire une modélisation 3D d’une partie de la caserne. L’intérêt de cette démarche est très simple : il ne reste aucune trace visible de ce bâtiment à l’heure actuelle du fait du bombardement de Brest en 1944. De plus, il apparaît presque oublié du patrimoine brestois ; on trouve très peu d’occurrences à la Caserne Fautras dans les livres d’histoire, et s’il y en a, les informations sont généralement peu riches voire floues. En somme, la vocation que nous avons est de donner une idée de ce à quoi pouvait ressembler la caserne, et si possible la réhabiliter auprès de différents publics, que ce soit le milieu étudiant, scolaire ou les Brestois d’une façon générale.

     Pour répondre à la seconde question, nous sommes logiquement partis des constatations de la première. En effet, mettre au point une modélisation 3D implique certains impératifs techniques : il faut à la fois des plans, élévations, et coupes du bâtiment que nous voulons représenter si nous ne voulons pas avoir recours à l’extrapolation pour parvenir à nos fins. Un autre impératif, nous le rappelons, est celui du temps. Nous ne pouvons nous contenter que de montrer ce qu’il est possible de faire sur la caserne Fautras en s’appuyant sur ce fonds d’archives, c’est pourquoi nous ne pouvons pas entamer de tâche trop complexe. Nous avons en fait orienté nos choix afin d’avoir la certitude de restituer un travail exact et de le terminer.

     C’est ainsi que nous arrivons à la situation actuelle. Le bloc que nous avons choisi est l’infirmerie régimentaire de la Caserne Fautras située dans le bâtiment A. Nous utilisons SketchUp pour la modéliser. En parallèle de ce processus de modélisation, nous désirons lui donner vie en recherchant des sources détaillant la vie dans les casernes et la vie militaire à Brest pour cerner au mieux comment s’articulaient les individus à Fautras. De plus, sachant que nous nous sommes focalisés sur l’infirmerie, nous allons aussi chercher des informations concernant la médecine à Brest, la médecine militaire dans la fin du XIXe et le début du XXe siècle, etc. Nous ne savons aujourd’hui si nous pourrons faire autant de recherches dans le temps imparti, mais ce dont nous sommes sûrs, c’est que la meilleure façon possible de valoriser la Caserne Fautras est de la modéliser tout en trouvant le moyen de décrire l’ensemble des activités qu’elle englobe. En croisant ces deux procédés, un moyen attractif de médiation peut être mis en œuvre ; on ouvre la voie à une description des activités tout en la situant dans l’espace, un espace qui correspond à la façon dont les personnes le perçoivent d’une façon naturelle, à savoir en trois dimensions.

Charlie Rozec